Héritages culturels & Innovation ?

Au terme “patrimoines”, on préfèrera “héritages culturels” plus explicite et proche de la terminologie anglaise “cultural heritage“. Néanmoins, pour coller aux usages officiels, nous déclinerons aussi le terme de “patrimoine” pour cadrer l’ensemble des champs de veille et d’action du PAT.LABO.

Ainsi, patrimoines matériels et immatériels, patrimoines historiques, archéologiques, scientifiques, artistiques, culinaires, industriels, populaires, etc. constituent l’écosystème d’un héritage culturel global qui ne peut se limiter aux frontières d’un pays. Le schéma ci-dessous détaille la définition large qui conditionne et oriente le travail de veille du PAT.LABO.

Et l’innovation dans tout ça ?

L’innovation n’est pas que synonyme d’invention et de technologies numériques !
L’innovation, c’est d’abord faire progresser l’existant au bénéfice de la communauté humaine et du bien commun.
A l’aune de cette définition large, la mise en valeur de manière innovante des différents types d’héritages culturels résulte souvent d’un pas-de-côté, d’un changement de point de vue, pour rationaliser et rendre efficiente – c’est-à-dire la plus conforme aux résultats et objectifs espérés – la présentation aux publics d’un héritage à comprendre, à apprécier et à préserver.

Pour le formuler autrement et plus simplement, en paraphrasant le célèbre adage d’Arthur Schopenhauer (“Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Elle subit ensuite une forte opposition. Elle s’impose enfin comme ayant toujours été une évidence.”), le Pat.Labo traque les évidences de demain !

La démarche éditoriale du PAT.LABO relève du journalisme de solutions. Nous identifions, expertisons et référençons, en toute indépendance et sans a priori, les initiatives dignes d’intérêt car susceptibles d’en inspirer autres.
Le processus de repérage, d’expertise et de mise en valeur de solutions pertinentes se base, d’une part, sur la veille interne et, d’autre part, sur la veille communautaire, nourrie par les échanges et signalements des internautes.


IMAGINAIRE & ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE

Dans toute la démarche du PAT.LABO, la prise en compte, voire la priorisation de l’imaginaire collectif dans la recherche et la sélection des initiatives innovantes en matière de valorisation d’un héritage culturel, est centrale.
Nous estimons en effet que les différentes formes d’expression des cultures populaires contemporaines (pop culture) – façonnées massivement par des œuvres de fiction – sont sous-exploitées dans les politiques territoriales en matière d’attractivité.
Or les œuvres de fiction sont de puissants leviers de consommation. Consommation de biens matériels mais surtout consommation d’énergie intellectuelle. Abreuvées de fictions, réalistes ou fantastiques, des générations successives d’enfants devenus adultes sont plus que jamais réceptives à toute proposition susceptible d’ancrer tout ou partie de leur imaginaire dans un environnement physique réel.

Cette évidence s’est matérialisée durant toute la seconde moitié du 20e siècle par les parcs à thème (Disney, Astérix, Puy du Fou, …), inhérents aux principes du tourisme de masse et de la surconsommation.
Cette approche, emblématique d’une époque révolue, laisse désormais peu à peu la place à de nouvelles pratiques – plus segmentées, plus diluée, plus personnalisées, plus libres – de découverte des territoires et de leurs richesses culturelles, plus respectueuses de l’environnement.

Nous sommes convaincus que le pouvoir de séduction et d’influence (soft power) d’un territoire (région, communauté de communes, quartier, …) peut être décuplé par la combinaison de propositions, transversales et convergentes, susceptibles de stimuler l’imaginaire des publics que ce territoire souhaite attirer.
Ce sont précisément toutes les pistes de solutions concrètes que le PAT.LABO traque, expertise, recense sur ce site Internet et expérimente dans ses actions de terrain.